lundi 31 octobre 2016

Challenge du bazaar #1 : bilan

Nous l'avions lancé au tout début du mois et maintenant notre premier challenge s'est donc terminé ! Vous avez été plusieurs à vous prêter au jeu et on vous en remercie ! 

Avant d'attaquer celui du mois de novembre, nous vous proposons un petit bilan de ce qui a été réussit pour chacun (si d'ailleurs vous voulez que votre bilan apparaisse avec les nôtres contactez Marion sur son Twitter par ici)

Rappel en image du challenge #1 :



Place maintenant aux bilans ! Pour chaque item on vous propose de découvrir les titres qui ont été choisit, peut-être que d'ailleurs vous les avez déjà lu ou alors vont ils rejoindre votre wishlist... Pour rappel, un même titre peut servir à plusieurs items !

Bilan de Vanessa (@vanessa06) :
  1. Lire un livre de Stephen King : Dead zone de  Stephen King
  2. Lire un livre auto-édité : Tombée pour lui de Claire Bianchi
  3. Lire un livre dont la couverture fait penser à l'automne : Un automne en clair-obscur de Martine Delomme
  4. Lire une BD : Euro 2016 la BD officielle
  5. Lire un livre adapté au cinéma : Hunger Games de Suzanne Collins
  6. Lire un livre dont la couverture est bleue : L'heure trouble de Theorin Johan
  7. Lire un thriller : Tueur numérique de Alain Thoreau
  8. Lire un livre pioché au hasard dans sa PAL : Tueur numérique d'Alain Thoreau
  9. Lire un livre qu'on t'a offert : La mémoire fantôme de Franck Thilliez
  10. Lire un livre de poche : Dead Zone de Stephen King

Bilan de Marion : 
  1. Lire un livre de Stephen King : /
  2. Lire un livre auto-édité : Love me like you do d'Alexandra Lanoix
  3. Lire un livre dont la couverture fait penser à l'automne : Nous étions animales d'Emma Jane Unsworth
  4. Lire une BD : Mathilde de Jenny
  5. Lire un livre adapté au cinéma : Un secret de Philippe Grimbert
  6. Lire un livre dont la couverture est bleue : Je sais pas de Barbara Abel
  7. Lire un thriller : Lux de Maud Mayeras
  8. Lire un livre pioché au hasard dans sa PAL : /
  9. Lire un livre qu'on t'a offert : /
  10. Lire un livre de poche : Un secret de Philippe Grimbert

Bilan de Delphine :
  1. Lire un livre de Stephen King : /
  2. Lire un livre auto-édité : Memorial Tour de Chris Simon
  3. Lire un livre dont la couverture fait penser à l'automnePromesses d'automne de Laura Abott
  4. Lire une BD : /
  5. Lire un livre adapté au cinémaSi je reste de Gayle Forman
  6. Lire un livre dont la couverture est bleue : Si je reste de Gayle Forman
  7. Lire un thrillerJe sais pas de Barbara Abel
  8. Lire un livre pioché au hasard dans sa PAL : /
  9. Lire un livre qu'on t'a offert : Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes & Loretta Nyhan
  10. Lire un livre de poche : /

Bilan de Aufildelimaginaire (@aufildelimagina) :
  1. Lire un livre de Stephen King : /
  2. Lire un livre auto-édité : Ma boule de neige de Manon Grelha
  3. Lire un livre dont la couverture fait penser à l'automne : /
  4. Lire une BD : /
  5. Lire un livre adapté au cinéma : Avant toi de Jojo Moyes
  6. Lire un livre dont la couverture est bleueMerlin tome 1 d'Eric Lambert 
  7. Lire un thriller : Surtensions d'Olivier Norek
  8. Lire un livre pioché au hasard dans sa PAL : Merlin tome 1 d'Eric Lambert 
  9. Lire un livre qu'on t'a offert : Ma boule de neige de Manon Grelha
  10. Lire un livre de poche : Avant toi de Jojo Moyes
Un article a été fait d'ailleurs sur son blog, vous pouvez le consulter par ici !


Bilan d'Estelle (@StellaNaud) :

  1. Lire un livre de Stephen King : La ligne verte de Stephen King
  2. Lire un livre auto-édité : D'un amour à l'autre de Laura D.
  3. Lire un livre dont la couverture fait penser à l'automne : Légendes d'automne de Jim Harrison
  4. Lire une BD : Les chroniques du maladroit sentimental 
  5. Lire un livre adapté au cinéma : La ligne verte de Stephen King
  6. Lire un livre dont la couverture est bleue : Paris est une fête d'Ernest Hemingway
  7. Lire un thriller : Danse avec la mort d'Heather Graham
  8. Lire un livre pioché au hasard dans sa PAL : Paris est une fête d'Ernest Hemingway
  9. Lire un livre qu'on t'a offert : La ligne verte de Stephen King
  10. Lire un livre de poche : Légendes d'automne de Jim Harrison
Un article a été fait d'ailleurs sur son blog, vous pouvez le consulter par ici !

Rendez-vous maintenant dès demain pour découvrir un nouveau challenge !

C'est lundi ! Que lisez-vous ?

Le principe est simple. Le lundi, on fait le point sur les lectures en répondant à trois questions :


  1. Quel livre venez-vous de terminer ?
  2. Que lisez-vous en ce moment ?
  3. Que lirez-vous après ?




Le lundi de Marion :

1 - J'ai terminé L'éloge de la loose de Christophe Beaugrand
2 - Je lis Nujeen l'incroyable périple de Nujeen Mostafa
3 - Je lirai ensuite La viande des chiens, le sang des loups de Misha Halden


Le Lundi de Delphine :

1 - J'ai terminé Vingt ans et quelques de Charlotte Orcival
2 - Je lis Petites recettes de bonheur pour les temps difficiles de Suzanne Hayes & Loretta Nyhan
3 - Je ne sais pas ce que je lirai ensuite

vendredi 28 octobre 2016

Haig, les guerriers perdus - Thierry Poncet

Synopsis : La belle Vanda nous l'avait mis profond. Elle avait fait exploser la mine d'or, mis le feu à notre campement et s'était enfuie avec l'argent. Le grand Carlo nous a fait promettre de la retrouver et de nous venger. Tous les sept, on a juré. Et je vais vous dire un truc : on n'aurait pas dû. Parce que des États-Unis à l'Afrique, des Balkans au Mexique, il nous a coûté salement cher, le serment ! 


J'ai reçu ce livre dans le cadre de la masse critique de Babelio. J'étais très contente car j'aime beaucoup les Editions Taurnada. En plus j'avais eu l'occasion de rencontrer Thierry Poncet lors des journées littéraires du Creusot l'été dernier.

Les guerriers perdus est le deuxième volet des aventures d'Haig. Je n'ai pas encore eu l'opportunité de lire le premier volet, mais ça ne saurait tarder. L'éditeur m'ayant affirmé qu'ils pouvaient très bien se lire indépendamment. J'ai donc plongé dans les aventures d'Haig.

Le livre s'ouvre sur une explosion et un incendie. Haig et ses compagnons d'aventures se sont fait avoir par Vanda. Elle a non seulement fait exploser la mine d'or, mais elle a pris la poudre d'escampette avec leur cagnotte. Vanda à qui ils faisaient tous confiance. La trahison fait mal.Ils se promettent alors de la retrouver pour se venger, mais partent d'abord chacun de leur côté. Nous les retrouvons quelques années plus tard à 7 aux Etats Unis. Vanda est là. Ils vont alors élaborer un plan pour tenir leur promesse. Mais cela ne sera pas si simple que çà.

Thierry Poncet nous livre là un excellent roman d'aventures avec de multiples rebondissements. Haig et ses amis aventuriers vont tout faire pour tenir cette promesse. Mais à quel prix ? Dans ce roman le moins qu'on puisse dire c'est qu'on ne s'ennuie pas. Il y a de l'humour parfaitement dosée et de l'action en veux-tu en voilà. Lorsque j'ai commencé ce livre, j'ai tout de suite été happé par Haig et je l'ai suivi partout. Je n'avais qu'une envie : savoir comment tout cela allait se terminer. L'auteur m'a fait voyagé sans quitter mon canapé.

L'écriture de Thierry Poncet est fluide et direct, il ne s’embarrasse pas de chichis et c'est juste un régal à lire. Bref, je ne peux que vous conseiller d'embarquer avec Haig et de le suivre dans ces aventures. D'autant plus qu'il est très attachant.

Un grand merci à Babelio et aux éditions Taurnada pour ce moment de lecture des plus agréables.



jeudi 27 octobre 2016

L'héritière des Brumes - Rose M.

Synopsis : Je me savais différente. Ce que j'ignorais c'était à quel point et jusqu'où cela allait me mener. Oh, j'aurais pu le savoir si on ne m'avait pas caché la vérité. La faute à qui ? Ma mère !
Et puis, la différence ça a du bon, non ? Surtout quand grâce à ça, je peux aider ! Le destin a mis Brigitte sur ma route, ou alors la grande Prêtresse. Je ne sais pas. Dans tout les cas, maintenant que j'y suis, je ne peux plus reculer.


L'auteure de ce livre n'est autre que Maeva, la première blogueuse avec qui j'ai lié contact sur Twitter. Maeva m'a fait découvrir l'autoédition et c'est grâce à elle que les choses ont commencé à changer par rapport justement à l'autoédition. Alors quand j'ai appris qu'elle écrivait un livre et surtout qu'elle le publierait, j'étais très heureuse pour elle. Lorsque Maeva m'a contacté pour me proposer de découvrir son livre en avant-première, j'ai bien évidemment accepté. D'autant plus que le résumé m'intriguait vraiment. 

Dans l'héritière des  Brumes, nous faisons la connaissance de Mia, jeune fille de 19 ans qui vit seule. Enfin pas vraiment. En effet, Mia a un don particulier, elle peut communiquer avec les morts. Et elle aide ainsi les gens. Depuis 10 ans, Mia est à la recherche d'un jeune garçon qu'elle a renconté par hasard. Elle est persuadée que cette rencontre a eu quelque chose de magique. Quand je disais que Mia ne vivait pas vraiment toute seule, c'était vrai. Mia cohabite avec un "fantôme", qu'elle seule peut voir et entendre. Il lui est apparu le jour de ses 9 ans, sans aucune explication. Ce fantôme qu'elle considère comme son meilleur ami, elle l'a surnommé Petit Gardien, PG pour les intimes. On pourrait dire que tous les deux vivent une routine bien tranquille, mais des évènements vont venir bousculer le quotidien de Mia et également celui de PG, de révélations troublantes en mensonge et trahison, Mia va alors apprendre des choses sur son passé et sur son avenir qui vont être déterminants pour elle.

Je m'arrête là pour l'histoire, parce que vraiment, je ne voudrais pas trop vous en dire. J'en ai d'ailleurs déjà trop dis. Alors je vais être clair dès le début, ma chronique est complètement sincère et objective. J'ai d'ailleurs l'esprit plus critique quand je lis des livres de gens que j'apprécie, bizarre non ?

Maeva, je tiens d'abord à te féliciter ! J'ai beaucoup aimé ce premier tome de "L'héritière des Brumes". C'est frais et agréable à lire. On ne s'embarasse pas de superflu et j'aime çà. L'alternance du récit entre Mia et PG est appréciable, dans la mesure où ainsi nous avons les deux points de vue. Mia et PG sont des personnages auxquels on s'attache rapidement, tellement ils apparaissent comme sympathiques. Puis le lien qui les unit semble tellement fort, tellement au-delà de l'amitié. On se demande où toute cette histoire va bien nous mener. L'intrigue est bien ficelée, et la fin bien évidemment est cruelle, digne d'une auteure sadique (en même temps je sais que tu as de bons modèles ^^). En refermant ce livre, vous n'aurez qu'une envie, connaître la suite et rapidement.

En conclusion, je ne peux donc que vous conseiller d'acheter ce premier tome d'une saga prometteuse.

N'attendez plus =>  C'est ici



Vingt ans et quelques - Charlotte Orcival

Synopsis : Le temps a passé depuis les 13 ans d'Anna. Aujourd'hui étudiante, comme Laure son amie de toujours, elle se pose encore bien des questions sur son avenir. Normal, elle a 20 ans et toute la vie devant elle. Mais justement, qu'en faire ? Voici cinq nouvelles à propos d'Anna et Laure que vous avez peut-être découvert dans Forever Young mais aussi de nouveaux personnages qui tous ont le point commun de nous apprendre ou de nous rappeler qu’il n’est pas toujours aisé d'avoir 20 ans et quelques mais que cet âge-là demeure sans doute l’un des plus beaux. Beaux de tous les possibles qu’il contient.

Lorsque Charlotte Orcival m'a contacté pour lire en avant première son nouveau livre, je n'ai pas hésité une seule seconde. "Forever Young" avait été un tel coup de coeur que retrouver Anna et Laure ne pouvait que m'emballer. Pourtant certains le savent, je ne suis pas une fan de nouvelles. Mais là la magie a opéré ! 

C'est donc  5 nouvelles que nous propose Charlotte Orcival dans ce recueil "Vingt ans et quelques". Chaque nouvelle est un morceau de vie d'Anna, de Laure mais également d'autres personnages comme Patrice. De rencontres amoureuses en déceptions, Charlotte Orcival dresse un portrait très actuel d'une certaine jeunesse. Cette jeunesse qui a connu le World Trade Center debout, qui écoute U2. A travers des portraits différents, elle nous parle de tout ce qui importe à 20 ans. Les études et la recherche de son avenir, l'amour et ses difficultés. 

J'avais tellement aimé Anna dans "Forever Young" que la retrouver grandie m'a fait énormément plaisir. Même si la nouvelle est un format court, on s'attache rapidement aux personnages. C'est en çà que je disais que la magie a opéré. En effet, avec ses mots et son style Charlotte Orcival réussit à nous emporter en quelques lignes. De New York à Lyon en passant par Rennes, l'auteure nous raconte l'histoire de jeunes de 20 ans. Cela pourrait être vous, cela pourrait être moi.

C'est un livre qui se lit rapidement de par son format, mais surtout de par la plume de l'auteure. Si vous n'avez pas lu "Forever Young", ces nouvelles peuvent se lire sans problème, toutefois, parce que ce roman est une pépite à découvrir, faîtes d'une pierre deux coups ! Et pour vous donner envie, je vous remets le lien de ma chronique de "Forever Young" => http://aubazaardeslivres.blogspot.fr/2016/03/forever-young-charlotte-orcival.html

"Vingt ans et quelques" sera disponible dès le 28 octobre => ICI

Je finirai cette chronique en remerciant chaleureusement Charlotte Orcival pour sa confiance réitérée. Pour moi, c'est une auteure à suive de près et qui mérite de percer tellement sa plume est agréable et envoutante.


BD - "Mathilde Tome 3 : Le temps des fleurs" de Jenny



"Tu me regardes, je te souris, fleur de rosée. Je te regarde, tu te dédis, ô fleur fanée. Je t'aime un peu, à la folie, joli bleuet. Tu m'aimeras, je te le dis, à tout jamais. Comme promis, joli bouquet, joli bouquet"

Troisième tome, Mathilde a pris ses marques dans son nouveau travail mais aussi auprès de Paul. Paul d'ailleurs est plus prévenant avec elle, l'aide notamment dans son projet de livre et peu à peu se rapproche d'elle... Mais où en est-elle avec Julien ? Mathilde réussira t'elle à prendre enfin des décisions ?

Être heureux... c'est une nécessité. Qu'est-ce qui vous rendrait heureuse, Mathilde ?

On continue à suivre les aventures de Mathilde. La jeune femme pétillante semble peu à peu s'épanouir enfin. Tout comme elle on apprécie de plus en plus Paul, peut-être même un peu plus qu'elle à vrai dire, espérant même peut-être plus entre eux. En parallèle on en sait un peu plus sur Julien son "petit ami", enfin même j'ai envie de dire ! On a peu à peu tous les éléments de leur histoire chaotique et on comprend enfin certaines choses.

La jeune femme continue de se poser bon nombre de questions mais elle semble bien maintenant décider à y trouver toutes les réponses, on apprécie de la voir s'ouvrir peu à peu et retrouver une certaine joie de vivre. Malgré toujours ses quelques gaffes qui nous amusent, on s'est attaché à elle alors on espère toujours le mieux.

Toujours aussi sympathique, cette série de BD très chick-lit s'apprécie vraiment. Néanmoins alors que les précédents tomes pouvaient parfois paraître un peu long, l'histoire là s'emballe littéralement et on en vient un peu à regretter la précipitation des événements dans les dernières pages. Même si on sourit un peu satisfait en découvrant l'issue de ce tome, je suis moi restée un peu sur ma faim. 

Les dessins restent dans la lignée des précédents, toujours aussi colorés et parfois amusants ils collent parfaitement à la personnalité de Mathilde en fait. Je continue toujours d'apprécier cette petite aventure BD qui me plait bien et j'ai hâte d'emprunter la suite à la médiathèque pour voir ce que l'avenir réserve maintenant à Mathilde maintenant qu'une nouvelle page de son histoire se tourne...


mercredi 26 octobre 2016

Là où le soleil disparaît - Corneille

Synopsis : "En démarrant ce récit, je savais que les pages du génocide et du massacre de ma famille au Rwanda, en 1994, m'attendaient. Je savais qu'écrire cette douleur passée, c'était mettre des petites cuillerées de pili-pili sur la chair encore fraîche d'une plaie que je voulais à tout prix croire fermée. Et, sur le chemin de la rétrospective, j'ai trouvé d'autres plaies. Vives. Brûlantes. Ce livre, il m'aura fallu presque cinq ans pour le finir."

Pour la première fois, le chanteur Corneille revient sur le génocide rwandais, le miracle de sa survie, son espoir infaillible, ses rêves, l'immense succès qui a été le sien, mais aussi ce long recul, ces dernières années, qui lui a été indispensable pour renouer avec son histoire et ses racines.
Le récit poignant, porté par une écriture d'une rare poésie, d'un artiste, mais surtout d'un homme, à la recherche de sa vérité.


Lorsque Mélanie, des éditions XO m'a adressé un mail me proposant de recevoir en SP l'autobiographie de Corneille, j'ai tout de suite accepté. Corneille est une personne que j'apprécie énormément. De par son histoire bien évidemment, mais aussi par son talent musical. Tout le monde connaît le passé de ce jeune homme. Les mauvaises langues diront que sans çà il n'aurait jamais percé. Moi je dis à ces gens que sans çà surtout, ce jeune homme aurait eu une vie normale.

En commençant Là où le soleil disparaît, nous faisons connaissance avec Corneille. Celui-ci va alors nous raconter sa vie, en commençant par le début. De sa naissance en Allemage et des ses premières années, on sent une vie simple, et un amour indéfectible de ses parents. Puis viens ensuite l'arrivée au Rwanda.

Je ne vais pas vous raconter l'histoire de Corneille, vous la connaissez certainement autant que moi. Je vais donc plutôt vous livrer mon ressenti en refermant cet ouvrage. Ce livre est pour moi un magnifique message d'espoir et un héritage bouleversant pour ses enfants. Corneille a su, avec ses mots, cette générosité et cette simplicité qui le caractérisent, raconter le cauchemar qu'il a vécu. On n'imagine pas ce que c'est de perdre toute sa famille, d'être le seul survivant d'un massacre. Comment se construire un avenir, quand à 17 ans on se voit orphelin, sans accroches, sans familles ? Corneille a toujours utilisé ce massacre comme une force pour avancer et survivre. Pourquoi aurait-il survécu à ce drame si ce n'est pour vivre ? Jamais il ne se laissera abattre, même lorsqu'il est à bout de force, il continue de mettre un pied devant l'autre.

Alors oui bien sûr, on se dit qu'après le succès qu'il a connu, Corneille va bien. Il est marié, papa de 2 enfants. En effet, aujourd'hui il va mieux. Mais le chemin parcouru depuis a été long et semé d'embûches. Il a dû se chercher, se trouver, s'intégrer.  En quête permanente d'identité, Corneille raconte également avec douceur et tendresse comment il a rencontré Sofia, l'amour de sa vie, et comment à son tour il est devenu papa. Corneille dira à de nombreuses reprises que c'est l'amour des ses parents qui l'a sauvé.

C'est un témoignage en toute simplicité que nous offre Corneille. C'est l'histoire d'une vie, d'un drame, mais également d'une réussite, et d'amour. Jamais larmoyant, ce récit autobiographique nous montre un homme qui a toujours le sourire malgré ses blessures et ses douleurs. Merci à toi l'artiste pour cette histoire qui est la tienne. Cette histoire qui nous permet de découvrir que derrière cette chanson "Parce qu'on vient de loin" il y a un homme qui s'est construit comme il a pu. 

"Là où le soleil disparaît" est donc disponible aux Editions XO.

Je vous laisse quelques extraits de ce témoignage qui m'a ému à de nombreuses reprises. 

"Pour survivre pendant un génocide, il faut aussi apprendre à se divertir des choses les plus insolites"

"La parole fragilise car elle rend les douleurs réelles et personne n'avait encore le luxe de pouvoir laisser s'exprimer sa sensibilité"

"Il y a des rencontres remarquables de justesse tant l'accord entre les personnes, l'espace et le temps est harmonieux." 


"L'amante d'Etretat" de Stanislas Petrosky



Lorsqu' Isabelle rencontre Frédéric c'est le coup de foudre ! Les deux jeunes gens ne tardent pas à emménager ensemble et à se marier. Ils vivent une belle histoire d'amour, ils sont fusionnels, ils sont passionnés et n'envisagent plus l'avenir l'un sans l'autre. Mais un jour Frédéric disparaît en mer et son corps n'est jamais retrouvé. Isabelle le coeur brisé sombre dans la dépression et même dans la folie après la perte de celui qu'elle aimait tant...

En me plongeant dans L'Amante d'Etretat je ne m'attendais absolument pas à ce genre d'histoire ! Stanislas Petrosky nous offre ici un roman qui nous surprend rapidement et surtout qui nous surprendra jusqu'aux toutes dernières pages.

Dans les premières pages on tombe dans les pages d'un journal intime, le journal intime d'Isabelle qu'elle a reçu petite à un anniversaire. De suite on comprend que la jeune femme a eu une enfance difficile, on comprend alors le caractère que la jeune femme s'est donc forgé. Dans la suite de l'histoire on se rendra compte que pour Frédéric, lui, a vécu tout le contraire de l'enfance de celle-ci. Leur amour est d'autant plus précieux, et on comprend alors que sa perte a entraîné cet état dans lequel se met Isabelle...

C'est un roman court, de 120 pages, mais qui réussit à nous emmener là où on ne l'imagine pas un seul instant ! Les derniers chapitres m'ont même arraché un cri de surprise et de stupeur. Stanislas Petrosky m'a totalement emmené dans son histoire, il a fait d'Isabelle un personnage profond et torturé comme on en croise rarement.

On assiste au fil des chapitres à la dépression puis à la folie dans laquelle sombre Isabelle. On se sent impuissant mais en même temps on est presque désemparé en voyant la tournure que prennent les événements.

L'auteur nous montre une autre facette de la puissance de l'amour, la puissance dévastatrice de la perte de l'être aimé. La folie qui naît sans qu'on s'en aperçoive vraiment et qui finit par détruire le quotidien, la folie qui entraîne et enferme dans une spirale infernale.

L'écriture de Stanislas Petrosky est directe, fluide et juste. On ne s'attarde pas sur les éléments, on va à l'essentiel et c'est tant mieux ! L'Amante d'Etretat est une réelle surprise, une belle surprise. Une de celle qui vous retourne, vous secoue et vous bluffe même par une fin... saisissante ! Alors je ne peux que vous conseillez de découvrir ce roman ! Il se dévore autant parce qu'il n'est pas bien épais que par son histoire qui risque même de vous marquer...

L'Amante d'Etretat de Stanislas Petrosky est disponible chez L'Atelier Mosesu.

mardi 25 octobre 2016

Lecture commune d'octobre : "Entre mes mains le bonheur se faufile" d'Agnès Martin-Lugand


Chaque mois nous vous faisons découvrir sur Twitter quel livre sera notre nouvelle lecture commune et après lecture du roman choisit, c'est l'occasion de vous en parler dans un article à la double chronique.


Depuis l'enfance, Iris a une passion pour la couture. Dessiner des modèles, leur donner vie par la magie du fil et de l'aiguille, voilà ce qui la rend heureuse. Mais ses parents n'ont toujours vu dans ses ambitions qu'un caprice : les chiffons, ce n'est pas « convenable ». Et Iris, la mort dans l'âme, s'est résignée. Aujourd'hui, la jeune femme étouffe dans son carcan de province, son mari la délaisse, sa vie semble s'être arrêtée. Mais une révélation va pousser Iris à reprendre en main son destin. Dans le tourbillon de Paris, elle va courir le risque de s'ouvrir au monde et faire la rencontre de Marthe, égérie et mentor, troublante et autoritaire...

Portrait d'une femme en quête de son identité, ce roman nous entraîne dans une aventure diabolique dont, comme son héroïne, le lecteur a du mal à se libérer.


Chronique de Delphine

J'avais déjà lu "les gens heureux lisent et boivent du café" d'Agnès Martin-Lugand et c'était un énorme coup de coeur. Pour notre nouvelle lecture commune,c 'est donc avec plaisir que je retrouve cette auteure. Et là encore je vous le dis tout de suite c'est un coup de coeur. 

Dans "Entre mes mains le bonheur se faufile" nous faisons la connaissance d'Iris, une jeune trentenaire, mariée à un médecin qui a l'occasion de réaliser un rêve d'enfant : devenir couturière. Iris est passionnée de couture, et dans son enfance, ses parents se sont opposés à ce choix. Elle a donc fait des études choisies pour elle. Elle travaille dans une banque mais n'est pas épanouie professionnellement. Alors quand l'opportunité de faire une formation en couture sur Paris s'offre à elle, elle pose sa candidature.Et elle est retenue pour intégrer l'Atelier, à Paris. Elle arrive à convaincre son mari de la laisser faire cette formation, même si cela implique qu'elle s'absente toute la semaine.
Une fois à Paris, elle va rencontrer Marthe, qui deviendra son mentor, et Gabriel qui  ne la laisse pas indifférente. Oui mais Gabriel est un homme à femmes et Iris est une femme mariée et fidèle. Cette aventure parisienne va faire naître une nouvelle Iris, passionnée et surtout pleine de talent. Elle va vite se faire remarquer, surtout grâce à Marthe. Oui mais voilà, Marthe est possessive, Gabriel lui plaît de plus en plus, et son mari de plus en plus distant. Alors Iris va-t-elle réussir son rêve de jeunesse ? Réussira-t-elle à passer outre toutes les décisions qu'on essaie de prendre pour elle ?

"Entre mes mains le bonheur se profile" est l'histoire d'une femme qui va se découvrir et s'épanouir à travers sa passion, la couture. Agnès Martin-Lugand réussit une fois de plus à m'émouvoir avec son style et son écriture. On s'attache facilement à Iris, même si parfois on la trouve vraiment trop naïve quant à certains comportements. Mais elle est effacée, on a toujours décidé pour elle. La voir ainsi s'épanouir grâce à la couture est magnifique. 

J'ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Et les 50 dernières pages m'ont littéralement conquises. Toute l'émotion et les sentiments qui se dégagent de ce livre explosent à la fin du livre. Bref, une fois encore Agnès Martin-Lugand m'a séduite.


Chronique de Marion :

Lorsqu'Iris découvre que ses parents lui ont menti à propos des études de couture qu'elle voulait faire plus jeune, c'est l'explosion ! C'est l’élément déclencheur, elle qui s'ennuie dans sa vie entre son travail et un mari médecin bien souvent absent, elle décide de reprendre à zéro ce projet qui lui tenait tant à coeur. Elle part alors pour Paris pour 6 mois faire enfin la formation dont elle rêvait et Iris a de véritables doigts de fée pour la couture. Rapidement elle se fait remarquer par Marthe, elle vit enfin son rêve en devenant une vraie couturière, découvre les joies de Paris et la fièvre des soirées mondaines. Mais tout semble aller bien vite, trop vite peut-être ? Et Marthe semble de plus en plus possessive surtout depuis qu'Iris connaît Gabriel....

C'est le premier roman d'Agnès Martin-Lugand que je lis, alors oui bien sur que je connaissais l'auteure surtout vu les éloges qu'elle a pu recevoir pour Les gens heureux lisent et boivent du café, mais je n'avais jamais vraiment eu le temps et l'envie de découvrir ses romans et maintenant c'est chose faite.

En rencontrant Iris, dès les premières pages on s'attache à elle. On ressent de suite qu'elle ne sent pas vraiment heureuse, elle semble même fragile (aux premiers abords seulement) et la scène avec sa famille nous donne presque la nausée. Mais rapidement on découvre aussi une jeune femme déterminée, qui certes se laisse encore un peu marcher sur les pieds par son mari, mais elle redresse la tête fièrement et reprend les rênes de sa vie pour notre plus grand plaisir.

C'est l'histoire d'un nouveau départ, d'une prise de conscience, d'un renouveau. L'histoire d'une passion qui peut enfin éclore et d'une jeune femme qui s'épanouit enfin comme elle elle le souhaite vraiment. Ca fait sourire, ça nous touche, ça nous transporte et on le lit d'une traite. Ca fait aussi réfléchir sur nos propres passions, sur la place qu'elles peuvent avoir et peut-être que justement il y a aussi quelque chose à faire de ce côté là... 

Découvrir l'écriture d'Agnès Martin-Lugand est une réelle belle découverte. Son écriture est simple mais juste avec une pointe de sensibilité qui nous touche toujours au fil des pages. Une histoire qui peut paraître simple mais qui cache une réelle profondeur. Comme l'a dit Delphine plus haut, les derniers chapitres sont une réelle explosion de sentiments et d'émotions, le roman prend encore une autre force dans ces pages pour faire d'Entre mes mains le bonheur se faufile une réussite jusqu'à la fin.

J'ai également dans ma PAL son roman Les gens heureux lisent et boivent du café, je me laisserais certainement tenter prochainement mais après avoir lu celui-ci j'attendrais le bon moment pour l'apprécier tout aussi pleinement... 

Une dernière petite chose avant de conclure, Delphine je pense que tu comprendras pourquoi j'ai choisis ces petites phrases et pourquoi ça me fait penser à nous.... 


"Vous n'aurez pas ma haine" d'Antoine Leiris


Antoine Leiris a perdu sa femme Hélène lors de l'attentat au Bataclan le 13 novembre 2015. Sa femme partie pour assister à un concert n'en reviendra pas, comme tant d'autres. A travers ce livre, Antoine livre un témoignage sur ce jour noir et ceux qui ont suivit ce drame qui a bouleversé sa vie et celle de son petit garçon Melvil. Avec simplicité, il se livre sans pudeur au fil des pages avec pour objectif : l'espoir.

"Melvil ne pourra pas passer ces pages de sa vie comme elle passait les pages de l'histoire. Je n'ai pas de baguette magique. Notre coccinelle s'est posée sur le nez de la méchante sorcière, elle avait une Kalachnikov en bandoulière et la mort au bout du doigt."

En ouvrant ce livre je savais que ce témoignage me bouleverserait. On se souvient tous tristement de l'endroit où nous étions en apprenant cette terrible nouvelle... En ouvrant ce livre je m'attendais à être émue, bouleversée mais je ne m'attendais pas pour autant à pleurer en fait du début à la fin. A pleurer aussi bien de ce malheur qui a touché Antoine et Melvil, mais aussi à pleurer devant le courage dont a fait preuve Antoine mais aussi devant ce message d'espoir qu'il délivre.

De la nuit du Bataclan, à l'attente des nouvelles, des mamans de la garderie qui mettent en place un calendrier de distribution de petits plats maison à l'enterrement Antoine Leiris nous fait part de toutes ces étapes, de toutes ces épreuves pendant douze jours. Avec simplicité il se livre, avec douceur il pose des mots sur cette douleur. 

Il nous ouvre les portes d'un quotidien bouleversé à jamais entre un père et un fils qui doivent, en plus de leur deuil, apprendre à vivre à deux. C'est le rituel du bain qui change par exemple, c'est la petite histoire du soir que racontait maman et que papa doit maintenant apprendre à faire; des petites scènes mais qui prennent un tout autre sens maintenant. 

Mais dans Vous n'aurez pas ma haine c'est surtout un très beau témoignage de courage et d'espoir. Antoine Leiris nous prouve qu'il ne cédera pas face à ces... personnes qui lui ont pris sa femme,  qu'il continuera à vivre et à avancer avec Melvil et c'est ce qu'il faut surtout retenir de ce bouleversant témoignage même si oui on pleure beaucoup en lisant cela.

Alors Antoine merci ! Merci de vous être livré ainsi dans ces pages, merci d'avoir osé partagé cette épreuve dans ce livre et merci de toute cette force et cette tendresse qu'en plus vous nous offrez à travers celui-ci. 

Vous n'aurez pas ma haine d'Antoine Leiris est disponible aux Editions Fayard et c'est un témoignage que je vous recommande fortement de lire... 

"Nous ne reviendrons jamais à notre vie d'avant. Mais nous ne construirons pas une vie contre eux. Nous avancerons dans notre vie à nous."

lundi 24 octobre 2016

Zoom sur... : la box "Dans ma bulle" d'Harlequin



Vous connaissez sans doute tous et toutes le principe des box littéraires : moyennant un abonnement on reçoit, de manière mensuelle ou tous les deux ou trois mois selon, dans notre petite boite aux lettres une box contenant un certains nombres de livres accompagnés la plupart du temps de quelques goodies. 

Aujourd'hui les box littéraires sont de plus en plus nombreuses, je ne vais pas vous les lister j'en oublierais sans doute et vous en connaissez certainement que j'ignore. Après avoir hésité longuement, fouillé un peu sur internet pour découvrir les différentes possibilités je ne m'étais jamais lancée. En fait je n'en trouvais pas vraiment qui m'attirait plus que cela, et il faut l'avouer certaines ont quand même un certain coût que je n'avais pas envie de mettre en ayant peur d'être déçue. Clairement je voulais une box pour laquelle je devais simplement m'inscrire sans avoir besoin de remplir mes goûts littéraires, mes préférences, remplir une wishlist et que sais-je encore.

Et il y a quelques semaines je suis tombée sur une pub sur Facebook pour la box appelée "Dans ma bulle". Le titre m'a interpellé et par curiosité j'ai cliqué, d'abord surprise que ce soit proposé par Harlequin (avouons le en tout premier lieu Harlequin garde encore les traces d'un passé littéraire un peu particulier) je m'y suis intéressée de plus près... Voici comment est présentée la box sur leur site :

"Avec votre abonnement « Dans ma bulle », le principe est simple ! Recevez tous les 2 mois une nouvelle box de livres, directement dans votre boîte aux lettres. Selon la thématique, vous trouverez dans votre box, 2 à 3 romans sélectionnés par nos éditrices parmi les genres les plus lus et appréciés du moment (comédies romantiques, feel good books, romantic suspense…) ainsi que 2 à 4 surprises supplémentaires pour vous faire plaisir… Le tout dans une très jolie boîte à conserver.
Envie de vivre l’expérience « Dans ma bulle » ? Abonnez-vous dès maintenant. Votre box vous est proposée au meilleur prix : 29,90€ tous les 2 mois (ni plus, ni moins) sans aucun engagement !"


Je me suis donc lancée et il y a quelques jours j'ai reçu ma première box "Dans ma bulle". Pourquoi j'ai tenté ? Pour son prix déjà que je trouve loin d'être excessif et qui est fixe et sans engagement, pour sa fréquence tous les deux mois et parce que au moins je suis sure que ce seront toujours des découvertes et des livres que je n'ai pas. En effet je lis assez peu de livres issus des collections Harlequin et surtout je me cantonne toujours à la romance sans chercher à être plus curieuse. 

Je vous dévoile contenu de cette première box avec pour thème l'Angleterre !


Deux romans composent la box et au niveau goodies : un tote bag, deux badges et un aimant se rapportant au thème Angleterre. Les livres sont des parutions récentes :

- Londres avec toi d'Erin LawlessNadia Osipova n’a pas de temps à perdre. Dans deux mois, elle devra quitter Londres, la ville où elle a pourtant grandi, et retourner en Russie pour toujours. Deux mois, c’est aussi le temps qu’il lui reste pour accomplir la mission qu’elle s’est fixée : redonner le goût de vivre à son ami Alex, qui, entre des peines de cœur et des opportunités professionnelles manquées, se laisse complètement aller. Et pour ce faire, elle a décidé de l’initier aux merveilles cachées de Londres, cette ville dont elle est amoureuse et qu’elle connaît mieux que quiconque. Sauf que, entre les journées passées à explorer des endroits insolites et les balades le long de la Tamise à la nuit tombée, Nadia ne voit pas le temps passer et, face à l’imminence de son départ, ses sentiments s’emmêlent…

- Pas celle que tu crois de Mhairi McFarlane : Lorsque, suite à un énorme malentendu, Edie est surprise en train d’embrasser le marié lors du mariage d’un de ses collègues, elle se laisse condamner sans réagir, incapable de se défendre. Aussitôt mise à l’écart au bureau et par tous ses contacts sur les réseaux sociaux, elle finit par accepter la proposition de son patron : quitter Londres pour la ville de son enfance, Nottingham, afin d’y suivre un acteur en vogue dont elle doit écrire la biographie. Sauf que, faute de moyens, elle doit s’installer chez son père et cohabiter avec sa sœur excentrique et définitivement insupportable. Comme si ce n’était pas suffisant, la première rencontre avec Elliot Owen, le fameux acteur, est catastrophique. Quand le destin s’acharne à ce point, il ne reste plus que deux possibilités : subir ou réagir. Alors, Edie laissera-t-elle les autres décider à sa place ou bien choisira-t-elle de leur prouver à tous, ainsi qu’à elle-même, qu’elle n’est pas celle qu’ils croient ?

A savoir qu'avec les prix de ces deux romans on arrive à 27€98 et sachant que cette box est proposée à 29€90 son prix est largement justifié (et même très juste).
Du coup pour un premier test je suis largement satisfaite ! J'avais vu passer ces livres sur la page facebook des Editions Harlequin et je les aurais surement ajouté dans ma wishlist prochainement donc tout est bien pour moi car finalement je vais pouvoir les lire plus vite que prévu :)

Je continue et patiente pour la prochaine qui arrivera cette fois-ci en décembre ! Je vous en reparlerais lors de sa réception (et je me demande déjà quel sera son thème), en attendant si la box d'octobre vous plait sachez que vous pouvez toujours la commander via le site Harlequin jusqu'au 30.10. 



Et vous, avez vous déjà testé une box littéraire ?
Avez-vous envie de tester justement ce principe ?
Dites-nous tout :)

C'est lundi ! Que lisez-vous ?

Le principe est simple. Le lundi, on fait le point sur les lectures en répondant à trois questions :
  1. Quel livre venez-vous de terminer ?
  2. Que lisez-vous en ce moment ?
  3. Que lirez-vous après ?



Le lundi de Delphine :

1 - J'ai terminé "L'héritière des Brumes" de Rose M.
2 - Je lis "Haig, les guerriers perdus" de Thierry Poncet
3 - Je lirai ensuite "Vingt ans et quelques" de Charlotte Orcival


Le Lundi de Marion :

1 - J'ai terminé Entre mes mains le bonheur se faufile d'Agnès Martin-Lugand
2 - Je lis Cavale pour Leia de Marius Faber
3 - Je lirai ensuite Love me like you do d'Alexandra Lanoix



vendredi 21 octobre 2016

"I.R.L." d'Agnès Marot



Chloé est une jeune fille vivant à Life City, elle partage son temps entre ses études et ses amis. Un jour elle rencontre Hilmi dont elle tombe amoureuse, le jeune homme lui semble parfait en tout point. Mais au même moment elle découvre ce qui va changer sa vie à tout jamais... Chloé n'est qu'un personnage manipulé, un personnage de jeu vidéo contrôlé et destiné à divertir les gens dans le monde réel. Elle est alors décidée à se révolter et à ne plus être qu'un simple personnage mais à devenir quelqu'un à part entière...

Mais j'en ai assez qu'on veuille me dicter mes actes. Je croyais que le sort s'acharnait sur moi, que tout ça c'était la faute à pas de chance, et je pleurais en silence. Maintenant, je sais que quelqu'un est aux commandes, qu'il fait tout pour m'empêcher d'être heureuse -jusqu'à me retenir de retrouver Hilmi pour m'excuser des horreurs que je lui ai dites. Et je ne me laisserai pas faire.

C'est un livre que je voulais découvrir depuis un petit moment déjà mais en avouant que je ne me fiais uniquement à son titre et sa couverture et je n'ai finalement découvert son résumé qu'une fois emprunté à la médiathèque. Autant avouer de suite qu'en me plongeant dans I.R.L. d'Agnès Marot, je me lançais dans une jolie découverte qui vaut le détour.

Avec Chloé on semble être plongé dans une histoire plutôt standard aux premiers abords, une jeune fille qui va à l'école, partage tout avec sa meilleure, tombe amoureuse... Mais dès les premiers chapitres, Chloé justement prend la parole et dénonce la situation dans laquelle elle se trouve : tout est orchestré, rien n'est vrai, elle n'est qu'un jouet entre les mains des autres. Avec tout cela le premier mot qui vient à l'esprit pour décrire ce roman est : originalité.

Aujourd'hui, je sais que le hasard n'a rien à voir là-dedans. Tout était prévu, soigneusement orchestré. Moi, je n'étais qu'un vulgaire pion sur leur échiquier.

J'ai trouvé cette histoire totalement originale ! Du début à la fin je me suis prise au jeu finalement, au jeu de cette histoire improbable... enfin improbable mais qui dans les siècles à venir pourraient se produire (si on l'esprit assez fou pour se dire que les nouvelles technologies n'en sont encore qu'à leur début finalement).

On alterne au fil des chapitres entre les deux univers, entre Life City et le monde réel, entre la stratégie de Chloé pour s'en sortir et sa lutte qui se fait aussi dans ce fameux monde réel qu'elle découvre. Au début un peut sembler un peu perdu, on se mélange entre les deux univers mais on prend finalement le coup et on apprécie d'autant plus cette histoire. Les personnages n'ont pas finit de nous surprendre et on en vient à avoir envie de lutter auprès de Chloé pour dénoncer tout cela.

Agnès Marot avec son écriture maîtrisée offre avec I.R.L. une histoire des plus originales mais qui tient totalement la route ! L'auteure réussit à pousser aussi le lecteur à se poser la question sur l'intelligence artificielle mais aussi sur toutes ces émissions de télé réalité où tout est orchestré et qui pousse les gens parfois jusqu'à l'extrême. Peut-être que certains finiront par ouvrir les yeux sur ces fameuses émissions en lisant ce livre d'ailleurs, en tout cas je ne peux que vous le conseiller !

Pour découvrir I.R.L. d'Agnès Marot, sachez que le roman est disponible aux Editions Gulf Stream.

Terminons par un dernier extrait de ce roman :
Tu te trompes, Link. La liberté, ce n'est pas manipuler les gens pour les garder près de soi. Ce n'est pas donner la vie, comme tu l'as fait avec moi, comme nous nous apprêtions à le faire avec cette petite fille en devenant ses parents ou... je ne sais pas quoi. Non : la liberté, c'est permettre à l'autre de penser, de choisir, et même de se tromper si ça lui chante.

jeudi 20 octobre 2016

Si je reste - Gayle Forman



(Avec ce livre, je valide les items "lire un livre dont la couverture est bleue" et "lire un livre adapté au cinéma")


Synopsis : Mia a 17 ans, un petit ami que toutes ses copines lui envient, des parents un peu excentriques mais sympas, un petit frère craquant, et la musique occupe le reste de sa vie. Et puis...
Et puis vient l'accident de voiture. Désormais seule au monde, Mia a sombré dans un profond coma. Où elle découvre deux choses stupéfiantes: d'abord, elle entend tout ce qu'on dit autour de son lit d'hôpital. Ensuite, elle a une journée seulement pour choisir entre vivre et mourir. C'est à elle de décider. Un choix terrible quand on a 17 ans.


J'avais ce livre dans ma PAL depuis un moment, et je l'ai donc ressorti pour le Challende du Bazaar. J'avais lu et adoré il y a quelques temps "Les coeurs fêlés" de la même auteure.

"Si je reste" c'est l'histoire de Mia, 17 ans qui survit à un terrible accident de voiture. Enfin survivre est un grand mot, puisqu'elle est dans le coma. Ses parents sont morts sur le coup, et son petit frère Teddy mourra quelques heures plus tard. Mia doit alors faire un choix crucial : partir ou rester. Elle a une journée pour prendre sa décision et décider de mourir ou non. Tout au long du livre Mia va revivre les grands moments de sa courte existence, et ses proches vont se relayer à son chevet. 

Bien. Je dois dire que ce livre ne m'a pas touché autant que je pensais. Oui c'est un drame, mais je n'ai pas réussi à accrocher. Je ne l'ai pas abandonné car on m'a conseillé d'aller au bout. Mais ce ne sera pas un coup de coeur. Je ne sais pas pourquoi, peut être que je n'étais pas dans de bonnes conditions pour lire ce roman. Ceci dit, l'écriture de l'auteure est vraiment agréable, et l'histoire est originale c'est indéniable. Il faut quand même avouer que certains passages sont assez touchants. Malgré tout je reste un peu sur ma faim avec ce roman qui était pourtant très prometteur.

Mais à vous maintenant de vous faire votre propre avis, puisque les critiques de ce livre sont globalement plus qu'élogieuses. Pour ma part, je suis passée à côté, c'est ainsi.

BD - "Mathilde Tome 2 : le temps des songes" de Jenny


"Un rayon de lune au travers de ma fenêtre ; Pensive, je m'abreuve de 'si' et de 'peut-être' ; Quand le passé surgit et s'invite à La fête ; Le présent quant à Lui s'enhardit et s'entête ; C'est Le temps des songes..."

Dans ce tome 2 on retrouve donc Mathilde, après que celle-ci ait quitté son travail au supermarché, elle commence son rôle de "secrétaire / bras droit / femme à tout faire" auprès de Paul l'écrivain rencontré dans le tome 1. Après avoir découvert son univers, elle doit maintenant réussir à se lancer dans ce nouveau projet.

On suit donc de nouveau son quotidien avec son nouveau job mais aussi sa relation avec Julien son petit ami avec toujours autant de simplicité et d'humour.

Mathilde est toujours aussi naturelle et gaffeuse, elle enchaîne les maladresses et les situations plus ou moins cocasses notamment avec Paul et son fils. Elle garde néanmoins son côté fragile avec son petit ami dont elle ne sait dire où en est leur relation.

Tout comme le précédent tome, dont je vous parlais ici, les dessins reflètent parfaitement l’atmosphère de l'histoire avec simplicité et tout en étant toujours aussi colorés. On apprécie toujours ceux bourrés d'humour et parfois un peu caricaturaux qui ponctuent les pages selon les situations.

Mathilde reste toujours autant un bon divertissement, une jolie parenthèse entre deux romans que j'apprécie beaucoup. L'histoire des plus simples est néanmoins fraîche et sans chichis et le personnage reste simple et nous permet de s'identifier à lui. Je continue ma lecture de cette petite aventure en me demandant ce que la suite réserve à Mathilde... 


mercredi 19 octobre 2016

Interview Portrait Chinois - Thierry Berlanda

Aujourd’hui c’est avec grand plaisir que j’accueille sur le blog Thierry Berlanda qui a eu la gentillesse de se prêter au jeu de mon Portrait Chinois. Je suis vraiment contente, parce que c’est un auteur que j’apprécie beaucoup.
Bonjour, tout d’abord, merci Thierry d’avoir accepté de te prêter au jeu. Avant de commencer à répondre aux questions, peux-tu nous parler un peu de toi ? Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?
Bonjour Delphine, c’est un plaisir pour moi de faire ce petit voyage avec toi. Vu de l’extérieur, ma vie est assez banale. J’habite Paris, avec ma famille, comme des millions de gens. Ma différence ? J’ai un virus tenace, qui épargne beaucoup de gens, même ceux qui parfois s’en croient atteints, et dont j’espère ne jamais guérir : j’écris des livres, avec peine ou avec joie (ou les deux ensemble), mais toujours avec opiniâtreté. J’en écris depuis l’enfance… et je n’ai pas arrêté depuis, au rythme d’un roman à peu près tous les 2 ans.
Tu es libre de répondre aux questions comme tu le souhaites, en donnant des détails ou pas.
1 –Si tu étais un mode de transport ?
Le transport en commun, mais pas bondé, où les gens se souriraient et où les plus forts laisseraient gentiment leur place aux plus faibles. J’ai quelquefois vu ce rêve se réaliser.
2 – Si tu étais une couleur?
Le vert doré de la feuille de gui.
3 – Si tu étais une qualité ?
J’essaie de ne pas trop cacher mes défauts, et surtout pas à moi-même. Et si j’étais une qualité qui me manque souvent, ce serait de ne pas remettre à demain ce que je devrais faire aujourd’hui…
4 – Si tu étais un objet du quotidien?
Un stylo plume, même si ce n’est plus vraiment un objet de notre quotidien. D’ailleurs, moi aussi j’écris sur ordinateur. C’est moins sensuel mais plus pratique.
5 – Si tu étais un sentiment?
La joie de vivre. Elle résulte de la conscience qu’on doit avoir, selon moi, que la vie nous est donnée sans qu’on l’ait voulue et sans qu’on l’ait méritée. C’est magnifique, non, qu’à chaque instant on soit arrachés au néant pour avoir la chance de faire cette chose merveilleuse qu’on appelle vivre ?
Merci pour tes réponses. Dernière chose, un petit mot pour les lecteurs du blog ?
Tout ce qui se passe sur les blogs depuis quelques années, le plus souvent en marge des circuits officiels, est vraiment une chance pour la littérature, et c’est sans doute l’indice de son renouveau. J’aime sincèrement la fraîcheur et la spontanéité des blogs en général (pas tous, mais beaucoup) et notamment du tien, qui est à la fois élégant, inspiré et informatif.

"Au début de l'amour" de Judith Hermann


Stella vit dans un quartier paisible, proche de son travail et proche de l'école de sa fille. Jason, son mari, est souvent absent et elle passe donc la majorité de son temps seule ou en compagnie de sa fillette de quatre ans. Menant une vie calme, sans extravagance, lorsqu'un inconnu frappe à sa porte la jeune femme panique. Surtout que celui-ci finit par revenir chaque jour, par lui laisser des lettres, des photos... Que lui veut-il ? Pourquoi Stella se met elle à douter sur ses choix et sa vie ?

La quatrième de couverture m'a de suite attiré, on se pose déjà bon nombre de questions à la lire. Que nous réserve vraiment ce roman ? On peut s'imaginer plusieurs possibilités... en tout cas les miennes étaient les mauvaises.

Judith Hermann nous livre ici l'histoire d'une jeune femme qui mène une vie bien calme, plus calme que ce qu'elle avait pu imaginer plus jeune finalement. Bien qu'heureuse, on sent que Stella s'ennuie dans cette routine et lorsque cet inconnu vient sonner chez elle, c'est d'ailleurs presque toute sa routine qui vole en éclats mais pas comme celle-ci l'espérait...

En lisant Au début de l'amour, c'est finalement dans un roman lourd, presque pesant qu'on plonge. M'attendant à un livre avec un suspens qui me tiendrait en haleine dès le début, il n'en fut rien et j'ai même eu beaucoup de mal à le terminer. Difficile même de classer ce roman dans un genre.

L'écriture de Judith Hermann est assez particulière. Entre le point de vue ou encore la construction des dialogues... Clairement il faut adhérer de suite à celle-ci sinon le roman vous semblera long. Pourtant l'idée était originale, on partait en s'imaginant tellement de possibilités. Je pense qu'avec ce genre d'écriture soit on aime, soit on aime pas et difficile d'avoir un juste milieu.

Néanmoins faites-vous votre propre avis ! Au début de l'amour de Judith Hermann est disponible aux Editions Albin Michel.



mardi 18 octobre 2016

L'opossum rose - Federico Axat

Synopsis : Désespéré, Ted McKay est sur le point de se tirer une balle dans le crâne lorsque le destin s’en mêle et qu’un inconnu sonne à sa porte. Et insiste. Jusqu’à lui glisser un mot sur le palier.
Un mot écrit de la propre main de Ted, et on ne peut plus explicite : Ouvre la porte. C’est ta dernière chance.
Ted ne se souvient absolument pas avoir écrit ce mot. Intrigué, il ouvre à l’inconnu, un certain Justin Lynch. Et se voit proposer un marché séduisant qui permettrait d’épargner un peu sa femme et ses filles : on lui offre de maquiller son suicide en meurtre.


Lorsque Maud des Editions Calmann-Levy m'a proposé ce livre, j'ai d'abord été littéralement conquise par la couverture que j'adore ! Ensuite le résumé m'a intrigué.

Dans L’opossum rose, l'histoire s'ouvre sur Ted McKay qui est prêt à se suicider. Il a tout préparé et il est prêt à appuyer sur la gâchette lorsqu'on frappe à sa porte. Ted se dit que la personne ne vas pas insister et attend donc qu'elle s'en aille. Oui mais voilà, la personne derrière la porte insiste et va même lui glisser un mot sous la porte. Un mot écrit de la main de Ted lui-même, qui dit "Ouvre la porte, c'est ta dernière chance". Ted va ouvrir pour savoir qui se cache derrière la porte. Un certain Justin Lynch est là et lui propose un marché particulier : maquiller son suicide en meurtre. Lynch dit appartenir à une organisation secrète qui vient en aide aux gens en détresse. Ted au départ réticent, finit par accepter ce marché. Il va alors devoir tuer 2 personnes. La première, est Edward Blaine qui a assassiné sauvagement une jeune femme, mais il a été relâché faute de preuves. La deuxième est un homme qui souhaite lui aussi se suicider. 

Je vais m'arrêter là pour l'histoire, ne voulant pas trop en dire. Tout d'abord, ce livre est un gros coup de coeur ! Plus j'avançais dans ma lecture et plus je voulais en savoir plus. Au départ, on pense à une simple histoire de surmenage, de pétage de plomb, puis progressivement on s'aperçoit doucement que Ted ne nous raconte pas tout. Mais on est loin de se douter une seule seconde de la vérité. 

L'intrigue est savamment orchestré par Federico Axat qui réussit là un parfait coup de maître ! Il tire les ficelles et vous finissez par ne plus savoir ce qui est vrai et ce qui est faux. Impossible dès lors de trouver l'issue de cette histoire. Ted est-il celui qu'il dit être ? On finit par ne plus savoir.

Les personnages sont bien travaillés et le style de l'auteur est très agréable. Alternant tour à tour les chapitres entre passé et présent, Federico Axat ne nous perd pas dans ce labyrinthe, bien au contraire. J'ai adoré cette lecture, ne sachant vraiment pas à quoi m'attendre ! De ce fait, je ne peux que vous conseiller de vous jeter sur ce thriller ! Avec "L'opossum rose" vous allez vous faire embarquer dans une histoire complètement démente. N'hésitez plus !

Je remercie chaleureusement les Editions Calmann-Levy pour ce service presse de qualité.


lundi 17 octobre 2016

"La route étroite vers le Nord lointain" de Richard Flanagan


Alors qu'il est un tout jeune officier médecin, Dorrigo Evans se voit contraint en 1941 de partir pour l'Orient avec son bataillon et rapidement il est entraîné dans un camp de travail japonais. Là-bas il subira et vivra l'horreur des prisonniers, le manque de nourriture, le manque de soins qu'il peut apporter aux autres, la maltraitance des gardes et malgré tout cela il doit prendre part à ce projet fou des japonais d'un chemin de fer rapidement appelé "La voie ferrée de la Mort". Et cinquante ans plus tard il se remémore tout cela... 

Difficile de parler de ce roman, autant j'ai trouvé le sujet très intéressant avec une part d'Histoire que je ne connaissais pas mais alors autant j'ai mis un peu de temps à le lire en entier. Je pense qu'il faut être pris dedans immédiatement pour l'apprécier à sa juste valeur, ce qui n'a pas été mon cas.

Dorrigo Evans nous emmène dans l'enfer qu'a été ce camps de prisonnier confrontant le lecteur à toutes les horreurs liées. Tout est parfaitement décrit, on aurait presque l'impression de voir ces pluies diluviennes dans la fôret de bambous qui nous est si bien décrite ou encore cet hôpital de fortune débordant de blessés qui attendent d'être soignés. 

La richesse des descriptions est une des forces de ce roman, tout comme les multiples personnages rencontrés qui à leur tour raconteront une part de leur histoire. Ainsi on rencontre aussi bien Amy, avec qui Dorrigo aura une aventure, que certains de ses bourreaux ou de ses camarades de misère. Ils apporteront une complémentarité dans le récit, un autre point de vue également et enrichiront l'histoire.

La route étroite vers le Nord lointain est un roman riche et complet. L'histoire nous emmène dans le récit de Dorrigo avec force et avec cette part d'Histoire très méconnue de la Seconde Guerre Mondiale. Mais comme dit plus haut, il faut vraiment adhérer dès le début pour l'apprécier totalement, pour ma part cela n'a pas pris et je l'ai trouvé parfois même très long. Ce livre reste néanmoins une jolie découverte. 

La route étroite vers le Nord lointain de Richard Flanagan est disponible aux Editions Actes Sud.

Chronique initialement postée sur Pôle Culture par ici.

C'est lundi ! Que lisez-vous ?


Le lundi de Delphine :

1 - J'ai terminé "Si je reste" de Gayle Forman
2 - Je lis "Entre mes mains le bonheur se faufile" d'Agnès Martin-Lugand
3 - Je lirai ensuite "Là où le soleil disparaît" autobiographie de Corneille

Le Lundi de Marion :

1 - J'ai terminé L'amante d'Etretat de Stanislas Petrosky
2 - Je lis Vous n'aurez pas ma haine d'Antoine Leiris
3 - Je lirai ensuite Là où elle repose de Kimberly McCreight.

dimanche 16 octobre 2016

Memorial Tour - Chris Simon



 (Avec ce livre, je valide l'item "lire un livre autoédité" du #BazaarChallenge)

Synopsis : Le devoir de mémoire nous protège-t-il contre la barbarie ?

Un couple sans histoire part en voyage organisé, une surprise que fait Patrice à sa femme Hélène.
Un matin, deux hommes viennent les chercher. Dans le véhicule qui les emmène jusqu'au lieu de départ, ils font la connaissance d'un couple plus jeune.
Après l'enregistrement, le couple attend sur un quai avec quelques centaines d'autres voyageurs alors que les organisateurs ont disparu... Le train entre en gare, les couples restent muets devant l'arrivée des wagons à bestiaux? Le voyage dans les ténèbres ne fait que commencer?


Lorsque Chris Simon m'a contacté pour me proposer Memorial Tour en service presse, je n'ai pas hésité. En effet, cela faisait un moment que je le voyais sur la toile, et les critiques étaient bonnes.  Mais c'est surtout ce que j'entendais autour de ce livre qui m'a interpellé, quand ça parle de devoir de mémoire et de 2ème guerre mondiale, je suis forcément intéressée.

Dans Memorial Tour, nous faisons la connaissance d'un couple, Patrice et Hélène. Ils sont sur le point de partir en voyage. Hélène s'occupe des valises mais est bien embêtée parce que Patrice ne lui pas a dit où ils allaient, c'est une surprise. Mais en experte des valises elle finit par s'en sortir. Le lendemain matin, deux hommes viennent les chercher. Ils sont installés dans un véhicule où ils vont faire la connaissance d'un autre couple. Ils sont alors conduit sur un quai de gare, où attendent déjà d'autres voyageurs. L'excitation est à son comble, mais lorsque le train entre en gare, le calme revient. Les voyageurs vont restés stupéfaits devant ces wagons à bestiaux, dans lesquels on les prie de monter. Le voyage peut alors commencer. Patrice et Hélène ne sont pas au bout de leur surprise.

Bien je m'arrête là pour l'histoire. Tout d'abord, il faut savoir que j'ai littéralement dévoré ce livre. Il se lit très rapidement mais surtout une fois commencé, on ne peut plus le lâcher. L'histoire est très originale, et ce livre soulève énormément de questions. Il aborde le sujet du "devoir de mémoire". En effet, ce Memorial Tour propose de revivre "en pension complète" la déportation des juifs. Alors oui c'est une fiction, oui c'est un roman. Mais j'avoue que certains passages font froids dans le dos quand même.

Le style de l'auteure est agréable et fluide. Les personnages sont assez bien travaillés. Mais vraiment je le redis, cette histoire est vraiment originale et l'idée est vraiment plus qu'intéressante. Ceci dit, dans la société dans laquelle on vit, avec toutes les télé-réalités qu'on voit, je ne serai même pas surprise si un jour ça arrivait ! Alors oui ça a un côté glauque quand même, parce que mise à part Hélène qui ne savait pas du tout où elle allait, tous les autres passagers ont fait le choix de ce Memorial Tour, et çà, ça fait froid dans le dos. On s'interroge sur les motivations de ces gens. Est-on prêt à tout pour revivre ces moments horribles de notre histoire ? Il y a des pèlerinages dans les camps comme Auschwitz, alors pourquoi pas. L'auteure va loin bien évidemment, mais c'est un pari osé je trouve que d'avoir raconté cette histoire ! Et pour ma part c'est un pari réussi puisque ce livre nous fait réfléchir sur le devoir de mémoire. Oui il ne faut pas oublier, mais pas à n'importe quel prix !

Vraiment, je ne peux que vous conseiller de lire ce livre !

Memorial Tour c'est par ici => Embarquement immédiat


samedi 15 octobre 2016

"Tout ce qu'on ne s'est jamais dit" de Celeste Ng


Lorsque Lydia meurt c'est toute sa famille qui est sous le choc. Entre sa mère, femme au foyer modèle, son père d'origine chinoise et professeur à l'université ou encore son frère Nathan qui semble refermé sur lui-même, Lydia semblait vivre au coeur d'une famille très aimée. Mais derrière cette apparence si parfaite et après ce drame on découvre que tout n'est peut-être pas si rose que ça dans cette famille...

Tout ce qu'on ne s'est jamais dit est ce genre de roman qui réussit à nous surprendre malgré déjà une quatrième de couverture des plus alléchantes. Un de ceux quand, en l'ouvrant, on ne s'imagine pas encore vraiment dans quoi nous allons plonger...

Lorsque Lydia meurt le mystère est entier, est ce un meurtre ? un suicide ? Au fil des pages l'enquête se fait, mais celle-ci ne sera pas vraiment le centre de ce roman, et ses proches reviennent aussi sur la relation qu'ils entretenaient avec la jeune fille. C'est dans un pan de leur vie que l'on s'immisce et surtout dans leurs secrets qui semblaient si bien gardés.

Ce livre n'est finalement pas du tout à quoi je m'attendais. Alors que je pensais suivre une enquête, un mystère à élucider autour de cette tragique disparition, on plonge finalement en plein coeur de secrets qui risqueraient bien de bouleverser toute une famille si ceux-ci se révélaient aux autres. 

C'est un vrai roman psychologique que nous livre ici Celeste Ng. Entre un père qui a subit dans sa jeunesse la mise à l'écart à cause de ses origines chinoises et qui veut que sa fille ne subisse pas cela, une mère qui semble être la mère au foyer parfaite mais qui exerce une énorme pression sur les épaules de Lydia et Nathan et Hannah qui semblent ne pas vraiment trouver leur place dans leur famille tant tout est centré sur Lydia. 

Lydia... Lydia... Lydia on se rend compte que tout tourne autour d'elle, tout le temps au détriment de son frère et sa soeur. Alors oui ses parents l'aiment, mais l'aiment ils de la bonne façon ? On en vient à se questionner de plus en plus ou encore à se demander quelle est la véritable place de chacun dans cette famille.

C'est un peu un roman coup de poing que propose Celeste Ng avec Tout ce qu'on ne s'est jamais dit. Elle nous hâpe littéralement au fil des pages et nous tient en haleine jusqu'à la fin. Une famille est un véritable système, une structure où tout le monde est lié mais chacun est-il aimé à sa juste valeur ? Celeste Ng va vous faire réfléchir à ce propos et vous risquez bien de vous poser bon nombre de questions... 

Pour découvrir Tout ce qu'on ne s'est jamais dit de Celeste Ng, le roman est disponible aux Editions Sonatine.